vol à main armée

Conseils Vol à main armée

juin 08, 2017

Le braquage est une situation critique et fréquemment armée. Il est recommandé de coopérer à toutes les exigences de votre agresseur. La communication et le dialogue avec l’agresseur peuvent permettre de réduire la tension et de faire baisser la spirale de l’agressivité.

En tant qu’étranger, vous êtes une proie facilement repérable et votre méconnaissance des lieux que vous visitez augmente les chances de vos agresseurs de parvenir à leur fin et de vous tendre un piège. En fonction du pays où vous vous déplacez, les types d’agressions peuvent évoluer du simple racket au crime organisé.

Il y a deux types d’agressions

–                L’agression d’opportunité : C’est une agression aléatoire en fonction du contexte et des possibilités données à l’agresseur. Hormis dans certains lieux et certaines zones, il est difficile d’identifier en préventif le contexte de ce type d’agression. Cette dernière repose principalement sur la surprise et c’est la possibilité et la tentation données à l’agresseur qui implique le méfait. L’attitude et le comportement de la personne agressée peut également être un facteur déclencheur.

–                L’agression ciblée : c’est une agression qui est préparée en amont du méfait. Le ciblage permet aux agresseurs de préparer leurs gestes en suivant et en observant la potentielle victime dans ces habitudes quotidiennes pour choisir le moment où il sera le plus opportun pour eux d’intervenir.

L’environnement :

–                Faites attention à votre positionnement dans la rue. Privilégiez les grands axes et les rues bien éclairées la nuit.

–                Evitez les attroupements de personnes que vous pourriez croiser.

–                Demandez-vous, lors de vos déplacements, quel est le danger le plus probable et quel est l’abri le plus sûr.

–                Faites une utilisation rationnelle du terrain où vous vous situez. Observez les possibilités de sorties qui s’offrent à vous. Si vous êtes dans un lieu fermé, un bar ou un restaurant par exemple, repérez où se trouvent les différentes sorties. Si vous êtes dans la rue, évitez de vous déplacer dans des zones où il serait aisé de vous isoler.

–                Vérifiez les zones où vous pourriez être surpris sur votre itinéraire.

L’attitude :

–                N’adoptez pas une attitude et une posture de victime, ne fuyez pas le regard des autres et adoptez un comportement de confiance en soi. Le comportement de la victime conditionne souvent l’agression.

–                Evitez de vous déplacer avec des objets de valeurs ostentatoires et des signes extérieurs de richesse.

–                Soyez discret lorsque vous sortez de l’argent et évitez de payer dans les commerces avec de grosses liasses de billets. Répartissez votre argent dans différentes poches pour ne pas avoir à sortir l’intégralité de la somme que vous transportez.

Comment réagir à une agression

La fuite

Il ne faut choisir cette option que quand cela est possible et que votre intégrité physique a peu de chance d’être menacée. Si votre agresseur vous braque avec une arme à feu, il vous faut obtempérer. Si votre agresseur est à distance et ne possède pas d’arme qui puisse vous atteindre, la fuite peut être une option. Dans ce cas-là il faut privilégier une fuite vers :

–                Une zone à forte concentration de population. La présence d’une foule autour de vous pourra dissuader votre agresseur de vous suivre et de vous attaquer compte tenu des risques qu’il prend et des témoins potentiels.

–                Une zone institutionnelle ou une zone de sûreté comme un poste de police, une caserne de pompier, un bâtiment d’Etat, une zone commerciale avec agents de sécurité, etc…

–                Si votre agression a lieu la nuit, cherchez un lieu bien éclairé et privilégiez les rues qui forment de grandes artères afin de ne pas être isolé dans un lieu sombre qui privilégiera les agresseurs dans leur méfait.

Le Dialogue

En cas d’agression, il est très important de se protéger en communicant. Cela peut permettre de faire baisser la spirale de l’agressivité.

–                Trouvez le moteur et la motivation de l’agresseur. Pourquoi vous agresse-t-il ? Quel est son but ? Il peut être utile de juger la perception de votre agresseur au dialogue et de tenter de l’amadouer. Sinon, en répondant vite à sa demande, cela peut permettre d’éviter l’agression physique.

–                Si votre agresseur est armé, levez les mains et parlez calmement. Il ne faut surtout pas crier. N’oubliez jamais que, dans ces circonstances, le stress est réciproque. Votre agresseur est lui aussi dans un contexte inhabituel et il ne faut pas préjuger de ses réactions. Un cri peut lui faire perdre le contrôle et lui donner un motif pour vous agresser physiquement. Un agresseur peut également être sous l’emprise de la drogue ou de l’alcool ce qui le rendra d’autant plus imprévisible dans ses réactions.

–                Essayez de maîtriser autant que faire se peut votre peur. Si durant le dialogue votre agresseur ressent votre crainte, il s’en servira comme atout psychologique. N’oubliez pas que votre stress bloque votre raisonnement.

–                Votre regard vis-à-vis de votre agresseur ne doit pas montrer de défiance mais ne doit pas être trop hostile. Il faut que vous le regardiez mais il ne faut pas le fixer.

–                Essayez d’exploiter les failles de votre agresseur en faisant une appréciation du rapport de force avec lui et en analysant les moyens dont il dispose, le moment où il vous agresse et l’environnement dans lequel vous vous trouvez. D’une certaine manière, essayez de vous mettre « dans sa peau ».

Durant l’agression

Si le dialogue ou la fuite ne sont pas possible, il convient de limiter au maximum dans le temps la durée de votre agression. Pour cela :

–                Donnez à l’agresseur ce qu’il vous demande. Vos biens matériels ou financiers ne sont que peu de choses par rapport à votre intégrité physique.

–                Si votre agresseur commence à vous frapper tentez, autant que possible, de protéger les parties vitales de votre corps (tête et nuque). Durant l’agression, essayez de ne pas vous retrouver au sol, c’est dans cette position que vous serez le plus vulnérable.

Que faire après une agression

–                Si vous le pouvez, ne restez pas sur le lieu de l’agression. Trouvez un lieu public où vous réfugier.

–                Prévenez en premier le contact local dont vous disposez dans le pays. Il pourra vous aider à apprécier la situation et d’évacuer en partie le stress engendré par l’évènement que vous venez de subir. Si vous n’avez pas de contact local, vous pouvez prévenir votre hôtel.

–                En fonction du pays où vous vous trouvez, il faut tenter de prioriser ses appels. La police n’est pas toujours le meilleur contact à prévenir en cas d’agression.

–                Prévenez votre ambassade. Cette dernière pourra vous donner des recommandations utiles en fonction du pays où vous êtes. Si vos documents administratifs ont été volés, ils pourront vous aider à les refaire.

English / Deutsch / Italiano / Español Nederlands / Portugês / עברית /  pусский язык / ‫العربية / 日本語 / 中国 /  中國 / 한국어

Télécharger l'application

La première application de sécurité des parcours touristiques et des déplacements urbains

Sur :